Couverture Evie Offline

 

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 3458 KB
  • Nombre de pages de l’édition imprimée : 381 pages
  • Editeur : Harlequin (8 juin 2016)
  • La note de céline : note-3.5/5

 

 

 

 

Synopsis

Tomber sur les photos du mariage de son ex sur Facebook : check.
Se faire virer après avoir envoyé trop de messages persos depuis son adresse pro : check.
Trop, c’est trop. Cette fois, Evie a pris sa décision : elle se déconnecte, définitivement.

Espionner ses ex sur Facebook : terminé.
Tweeter et retweeter n’importe quoi : terminé.
Poster des photos et attendre des likes : terminé.
Réactualiser Gmail toutes les trente secondes : terminé.
Instagram à tout bout de champ : terminé.

Evie se doute bien que son entourage aura du mal à comprendre son choix, mais elle en est convaincue, cette détox digitale est le seul moyen pour vivre l’instant présent et se connecter vraiment aux autres. Et même si @EvieRosen n’existe plus sur JDate.com, son cœur, lui, est tout sauf virtuel et reste disponible.

mon avis

Evie est une working girl de 34 ans. Cette brillante avocate est presqu’au top de sa carrière. Elle ne compte pas ses heures de travail et se jette dedans à corps perdu, ce qui devrait lui valoir sa place d’associée dans un grand cabinet de New York.

Ultra connectée, Facebook, Twitter, Gmail ainsi qu’une bonne demi-dizaine de sites de rencontre online n’ont aucun secret pour elle. Son BlackBerry quasi greffé à la main, elle passe tout son temps libre sur la toile. Il ne lui viendrait pas à l’idée de prendre une décision dans sa vie, sans faire une recherche sur Google, au préalable.

Un jour, après un évènement inattendu, lié à sa curiosité virtuelle, elle décide de se déconnecter complètement d’Internet ! Fini les mails, réseaux sociaux, Instagram et autre sites de recherches. Elle ne garde que son simple GSM ( même plus un smartphone ) pour les appels et les sms !

Sera-t-elle capable de vivre selon ses nouvelles convictions ?

J’ai eu beaucoup de mal, au début, avec Evie Offline.

Ce livre est à la troisième personne. Je n’ai pas l’habitude de lire des récits écrits de cette manière et franchement ça ne me motive pas. J’ai cette sensation d’être trop éloignée de l’histoire, de la lire de l’extérieur, pas de la vivre.

Alors que j’avais déjà lu 30% du livre, l’histoire avait du mal à décoller.  C’était long, lourd à lire, vraiment pas ma tasse de thé.

Comme je n’aime pas arrêter une histoire en cours, je l’ai toutefois continuée.

Au fil des chapitres, elle se fait plus légère. Il y a un peu de mouvement, mais sans vraiment décoller.

Evie m’a énervée, beaucoup ! Par moment, il me prenait cette envie de la secouer un bon coup.

Ce lien qu’elle a avec sa grand-mère est touchant. Bette veut absolument le bonheur de sa petite fille. Et ce bonheur, pour elle, passe par le mariage. Ca ne poserait pas de problème à Evie, si sa vie sentimentale n’était pas aussi vide !

Les amis d’Evie sont casés, heureux en amour, ce qui contraste avec son propre mode de vie.

Au fil des rencontres qu’elle va faire, de nouveaux personnages vont l’intéresser, l’intriguer, mais aussi la décevoir.

Une fois prise dans l’histoire, j’avais déjà un peu plus de « plaisir »  ( bien que en ce soit probablement un trop grand terme)  à le lire.

Par contre l’épilogue m’a déçue. Je n’ai même pas compris son utilité !

Bref, une histoire à lire, peut être en vacances, mais ça ne sera pas pour moi,  l’œuvre du siècle loin de là…

Publicités