Couverture Le goût de la vie

 

  • Poche: 416 pages
  • Editeur : Editions Harlequin (1 juin 2016)
  • Collection : &H POCHE
  • note-4

 

 

 

 

Synopsis

Dans sa vie, Holly n’a que trois priorités : sa famille (même s’il faut avouer que, ces derniers temps, sa sœur, enceinte jusqu’aux dents, lui tape prodigieusement sur le système), son chien Dave (boule d’amour probablement issue d’un croisement entre un labrador et une vache) et sa boutique de pâtisserie, Cake, qu’elle tient avec son meilleur ami, Jesse. Le reste, elle s’en fiche : plus rien n’a d’importance à ses yeux depuis que Charlie, son mari, son âme sœur, est mort dans un accident de voiture.
Mais voilà que déboule dans sa vie un certain Ciaran. Ciaran est beau, Ciaran est riche, Ciaran est écossais. Mais, surtout, Ciaran la trouble profondément et provoque en elle des sensations inattendues… Non, non et re-non, l’amour, elle y a déjà goûté et cela lui a laissé un terrible goût amer. Un goût de douleur et de solitude, de larmes et de regrets. Et, pourtant, une part d’elle ne peut s’empêcher de croire qu’il est – peut-être – l’ingrédient qui manque à sa vie…

mon avis

Cela va faire bientôt 2 ans que Charlie est parti…. Holly s’en emmurée dans la solitude.Ses seuls intérêts sont sa boutique de gâteaux, et Dave son plus fidèle compagnon.

Un jour, une commande « spéciale » va véritablement bouleverser la vie d’Holly.

Est-elle prête à s’ouvrir à l’extérieur ? A lier de nouveaux contacts ?

Le goût de la vie est à l’image de sa couverture : léger, sucré, doux et agréable.Dès que je l’ai vu, il m’a attirée. Ca doit être mon côté gourmande  🙂

J’ai lu ce livre avec beaucoup de plaisir, assez rapidement.

Le début m’a un peu surprise. En effet, ne lisant jamais les résumés je ne savais pas que Charlie était parti. Au fil de l’histoire, j’ai rigolé, mais j’ai aussi ressenti beaucoup de tristesse.

Les personnages sont très attachants :

Holly est sincère. C’est une belle personne, qui mérite le meilleur mais qui se l’interdit. Jesse, Martha et Rob ont ce capital sympathie sans faille 🙂

Et enfin le coté Argyll : Fergal, le papa, complètement déjanté. Penny, l’assistance jalouse et acariâtre.

Et Ciaran… Ah Ciaran, un vrai gentleman ! Un charme fou, fils héritier d’un empire, mais aussi un vrai tombeur à en croire la presse.

Cette histoire est belle, tendre, avec de bons rebondissements qui arrivent aux bons moments.

N’hésitez pas à la lire, mais n’oubliez pas : il ne faut pas se fier aux apparences 🙂

Publicités